Le ministère de la Justice des États-Unis tente d’empêcher une fusion dans les télécommunications

au détriment de l’emploi et des droits de la main-d’œuvre

2. September 2011: La CSI s’est dite préoccupée par une décision du ministère de la Justice des États-Unis au travers de laquelle il tente d’empêcher une fusion entre les sociétés de télécommunications américaines AT&T et T-Mobile.

La fusion prévue permettrait aux employés de T-Mobile de bénéficier des droits de représentation syndicale et de négociation collective; en effet, AT&T respecte ces droits pour son personnel alors que T-Mobile tente toujours d’empêcher ses milliers de travailleuses et de travailleurs de rejoindre syndicat CWA.

La CSI soutient les efforts d’organisations américaines et allemandes visant à faire respecter les droits des employés de T-Mobile. Jusqu’à présent, Deutsche Telekom, détenant T-Mobile, n’est pas parvenue à mettre un terme à la virulente campagne antisyndicale que la société déploie aux États-Unis.

« Le ministère de la Justice des États-Unis a décidé d’essayer d’empêcher la fusion au regard de la concurrence. Cette décision signifie qu’il restera plus difficile pour le personnel de T-Mobile d’obtenir justice sur le lieu de travail et implique que les 5.000 nouveaux emplois qu’AT&T avait prévu de créer à l’occasion de la fusion ne le seront pas. C’est un coup dur pour l’économie au moment où les États-Unis ont besoin de créer des emplois et d’accroître le niveau de vie pour relancer la croissance », a expliqué Sharan Burrow, secrétaire générale de la CSI.

Lors d’une allocution, le président du CWA, Larry Cohen, a déclaré que la position du ministère de la Justice « est tout bonnement une erreur [et] relègue la création de bons emplois et les droits des travailleurs au bas des priorités du gouvernement ». AT&T a pour sa part annoncé que la fusion n’entraînerait aucune perte d’emploi pour les salariés actuels des centres d’appel d’AT&T Mobility et de T-Mobile USA.

Déclaration de l’AFL-CIO ->http://blog.aflcio.org/2011/08/31/att-vows-to-return-5000-jobs-to-u-s-but-dept-of-justice-action-threatens-jobs/]