Panneaux d’affichage «We Expect Better» à Richmond, en Virginie

4. März 2011: CWA Local 2201 soutient la nouvelle affiche parue sur des panneaux publicitaires cette semaine à Richmond, en Virginie. Le slogan « We Expect Better » (Nous attendons mieux) fera son apparition à travers le pays – sur des panneaux publicitaires, des panneaux d’affichage mobiles et des abris d’autobus.

Cette campagne publicitaire prétend interpeller directement l’entreprise en cause : L’entreprise allemande est-elle prête à mettre fin à la situation de deux poids, deux mesures ? L’entreprise va-t-elle cesser de traiter les travailleurs américains comme des employés de seconde catégorie ? La maison-mère allemande de T-Mobile, Deutsche Telekom, n’empiète pas sur les droits des travailleurs en Allemagne. Pourquoi se comporte-t-elle donc différemment aux Etats-Unis ? T-Mobile cessera-t-elle d’intimider ses employés au plan de la liberté d’association ? L’entreprise est-elle prête à admettre que la décision de former un syndicat appartient aux travailleurs eux-mêmes. La résistance du management a été évidente, ne fût-ce qu’au cours des dernières semaines. Encore dernièrement, dans un autre site, des superviseurs ont demandé aux employés de leur remettre les tracts qui leur avaient été distribués sur la voie publique. Ailleurs, des managers se sont débarrassés de cartes syndicales qui avaient été laissées sur une table dans le foyer réservé aux employés.

Nous nous attendons à mieux de leur part. L’entreprise à laquelle nous avons affaire est dotée d’une charte sociale qui promet de respecter les normes de l’Organisation internationale du travail relatives à la liberté d’association et à la négociation collective. L’opposition active de l’employeur à l’organisation sur les lieux de travail constitue une atteinte aux normes de l’OIT. Quand donc l’entreprise se débarrassera-t-elle de son conseiller externe Peter Conrad de la firme Proskauer Rose, qui se targue de son expérience en matière de lutte antisyndicale? Quand l’entreprise va-t-elle cesser de harceler les employés qui expriment de l’intérêt pour le syndicalisme ? Que craint l’entreprise ?

Il ne serait pas exagéré de comparer la direction de T-Mobile aux régimes décrépits de l’Afrique du Nord et du Moyen-Orient – Tunisie, Egypte, Bahreïn, Libye. Certes, T-Mobile s’oppose à la liberté d’association de façon non violente mais son opposition à la liberté n’en est pas moins manifeste pour autant. Quand cessera l’intimidation ?

Le slogan « We Expect Better » sera affiché à proximité des centres d’appel T-Mobile dans le Maine, en Pennsylvanie, en Floride, dans le Colorado, dans l’Oregon et dans l’Etat de Washington.

Si vous passez près d’un de ces panneaux, prenez-vous en photo avec l’affiche en arrière-plan. Exprimez votre soutien pour un syndicat des travailleurs de T-Mobile.