Un nouveau rapport de la CSI décrit les conséquences de la seconde vague de la crise mondiale sur les femmes

7. März 2011: Le rapport spécial de la CSI sur les femmes et le travail précaire, publié le 8 mars à l’occasion de la Journée mondiale de la femme, inclut un témoignage recueilli auprès d’une employée de la firme T-Mobile USA. Celui-ci met en exergue comment la stratégie antisyndicale de cette société exacerbe le niveau de stress et d’incertitude sur les lieux de travail.

Dans une étude de cas présentée dans ce rapport, une femme employée par T-Mobile USA, filiale à 100 % du géant allemand Deutsche Telekom, décrit les conséquences des activités antisyndicales de la société sur sa vie, à la fois professionnelle et familiale, un schéma qui touche toute la main-d’œuvre de T-Mobile USA, soit près de 40 000 personnes.

« Les gouvernements ont des responsabilités, les employeurs aussi. Les grandes multinationales comme Deutsche Telekom, qui respecte les droits syndicaux en Allemagne mais pas dans sa filiale américaine, devraient offrir des emplois décents et la sécurité qui va de paire, là où les droits de tous leurs employés sont scrupuleusement respectés. Nous attendons plus de ces entreprises, » a déclaré Sharan Burrow.

La CSI a attiré l’attention sur ce cas pour illustrer comment certaines entreprises manquent d’appliquer les normes internationales du travail à l’ensemble de leurs effectifs.